Premier rdv le 27 avril 2012.
Le Dr NMJ présente un power point présentant la méta et la phallo.
Il précise que les photos ne sont pas celles de ses opés, qu’il n’en a pas à disposition.
Il présente sa technique (en 3 étapes donc) ainsi que les diverses complications avec statistiques à l’appui.
Pour rappel, il procède en 3 étapes :
- urétroplastie
- scrotoplastie (remplie de graisse)
- pose d’implant (sauf si on est satisfait par le remplissage de graisse)

De mon côté j’ai pu voir pas mal de résultats par photo ou en live de personnes qui n’ont pas forcément témoignées sur les forums, je sais donc à quoi m’attendre.

A la fin du rdv je confirme que je suis toujours partant pour l’opé. NMJ me précise qu’il y a plus d’un an d’attente, et que du coup je me ferais opéré vers début septembre 2013.

Mars 2013, je reçois par courrier ma date d’hospitalisation : entrée à l’hôpital le 29 juillet pour bloc le 30 juillet. Rdv chir et anesthésiste prévus le 1er juillet.

Lors du rdv pré op, NMJ rappelle sa technique ainsi que les risques.
Rdv anesthésiste classique.
Urétroplastie et vaginectomie 

48h avant l’opé, épilation large de la zone concernée avec une crème hypoallergénique à acheter en pharmacie et douche à la Bétadine matin et soir les 48h avant l’opé.

29 juillet 2013 
Arrivée à l’hôpital, je ne rentre pas dans le détail c’est du classique.

30 juillet 2013 :
Au matin : douche béta, prise de médicaments (xanax + atarax).
Je m’endors vers 6h30, 1h plus tard on vient me chercher pour le bloc.

Vers 8h : induction de l’anesthésie, trou noir

14h30 : j’ouvre les yeux en salle de réveil. J’ai mal aux bras à cause de la position au bloc, et j’ai la lèvre gonflée apparemment à cause de l’intubation (elle a triplée de volume et est toute engourdie). Je n’ai pas mal aux parties intimes. Comme pour l’hysté, comme je n’ai pas mal j’ai peur qu’on ne m’ait pas opéré. Mais quand je demande l’heure et qu’on me dit 14h30, je comprends que c’est bon, c’est juste que je n’ai pas mal aux parties intimes.
J’ai une lame au niveau de la vaginectomie pour drainer le sang, une sonde urinaire qui passe par l’urètre, et un cystocath (directement implanté dans la vessie eu niveau du pubis).

15h30 : retour en chambre

Le reste de la journée je suis dans le coltard. On passe régulièrement prendre mes constantes et surveiller mes saignements. Contre toute attente, moi qui suis super pudique ben là je m’en fous. Peut être par ce que ca y est, je n’ai plus rien de féminin en moi ?

Soir : visite des internes puis du chir.

31 juillet 2013 (J1)
Au matin visite des internes puis du chir. Premier lever sans soucis puis toilette au lavabo tout seul.
En début d’après midi, première ballade en fauteuil roulant dehors pour fumer ma clope.
Dans l’après midi on m’enlève le soluté, on met un bouchon à la perf. C’est carrément plus pratique avec le fauteuil !
Ma chérie rentre à paris vers 17h, du coup hop, je descends tout seul avec mon petit fauteuil. Le soir je fais les 100 pas dans ma chambre, aucun problème pour marcher.

Jusque là toujours pas de douleur, juste la lame qui est gênante pour s’asseoir même avec le coussin percé : une fois qu’on a trouvé sa position, faut plus bouger !
Le soir re visite des internes et du chir. Normalement on m’enlève la lame le lendemain, et on réponds positivement lorsque je demande si je pourrais prendre une douche.
Je demande au chir si il y a des précautions particulière si je veux aller à la selle, aucune me dit il.
Je dors mal car même s’il m’a dit que je pouvais rien abimer en allant à la selle, ben j’avais peur quand même xD Du coup je n’y arrivais pas, du coup bcp de gaz et donc mal au ventre. Vers 4h30 j’y arrive enfin, et j’ai pu dormir.

1er aout 2013 (J2)
Au matin : visite des internes et du chir. On me confirme qu’on va m’enlever la lame ☺
L’infirmière est sympa, elle me propose de commencer son tour par moi histoire que je vive ma vie.
Vers 8h30, retrait de la lame : aucune douleur, juste une gêne.
A partir de ce moment là je suis parfaitement autonome ☺
Puis bonheur intense : douche + shampooing !
On me change le pansement du cystocath et c’est parti pour mes premiers pas hors de la chambre ! Je marchais déjà dans la chambre, la kiné voulais être là pour me faire marcher hors de la chambre, mais comme j’avais déjà bien marché dans ma chambre c’était pas la peine ! J’ai pris un fauteuil mais je l’ai juste poussé histoire de m’asseoir avec mon coussin percé pour fumer, pas de soucis pour me déplacer en marchant.
Ma lèvre commence à dégonfler mais c’est pas encore parfait :s

2 août 2013 (J3)
Comme je me ballade toute la journée on me met des poches de jambe (pour les sondes) à vider moi même et à adapter avec des plus grosses la nuit.
Ayant appris que je suis étudiant infirmier en fin de troisième année, les infirmières sont cools et me filent mes médocs et mes injections à gérer moi même. Comme ça pas besoin d’attendre qu’elles passent dans la chambre pour pouvoir enfin me balader.
La kiné me croise, elle veut me faire tester les escaliers, on descend puis remonte un étage. Tout se passe bien, aucune douleur.
Je marche toute la journée, je prends le fauteuil uniquement pour m’asseoir et parce que les bancs en bas sont bombés et du coup avec le coussin percé ce n’est pas confortable.
Je peux tout faire tout seul, m’accroupir précautionneusement et me contorsionner pour mettre mes bas de contention sans problème.
En ce qui concerne la zone opérée, c’est toujours gonflé mais l’œdème se dissipe peu à peu. Je n’ai aucun saignement, uniquement quand je vais à la selle, mais c’est tout à fait normal.

3 août (J4)
Rien de bien nouveau.
Pas de douleur, quelques tout petits tiraillements. La marche c’est de mieux en mieux, l’oedème diminue lui aussi peu à peu.

4 août (J5)
Retrait de la sonde urinaire.
Je quitte l’hôpital à 11h30 avec mon cystocath.
Retour à Lyon prévu le 14 août pour retirer ce dernier si tout va bien, sinon je devrais le garder une semaine de plus.

Convalescence à domicile :

La méta dégonfle de jour en jour.
Pas de douleur particulière.
1 semaine après l’opé ma lèvre qui a été traumatisée pendant l’intubation est revenue à la normale et a presque retrouvé toute sa sensibilité. Je me fais mes injections d’anti coagulant moi même, pas de soin particulier au niveau de la zone opérée, juste 2 douches quotidiennes au savon doux.
Même si le pansement du cystocath ne doit pas être changé jusqu’au 14 août, vu son emplacement j’ai du mal à le surveiller moi même. Du coup j’ai vu avec mon cabinet infirmier habituel pour un passage quotidien afin de surveiller le pansement du cystocath ainsi que de la méta.
Ce n’est pas nécessaire normalement, mais comme je suis un peu hypocondriaque sur les bords, ça me rassure lol

7 août (J8) :
2 minis cloques sont apparues au niveau de 2 point de sutures. A surveiller mais rien de bien grave.

8 août (J9) :
Dernière prise d’antibio hier soir. Grand soulagement compte tenu de son effet secondaire (diarrhée).
Les minis cloques ont pété. Rien de grave mais il faut les assécher. J’ai vu avec mon infirmière ainsi qu’avec le chir (très disponible) : application d’éosine pour favoriser l’asséchement. 2 jours après le problème des cloques est résolu.

12 août (J13):
Les points commencent à tomber, ça gratouille.

14 août :
Retour à Lyon. Cystographie ok. Retrait du cystocath.
Premier pipi par le pénis ☺
Pour info j’ai mis quelques jours à avoir un jet bien droit et puissant, il était brisé par des points de suture à l’entrée de l’urètre. Un fois ces points tombés, plus de soucis.

Vers le 26 août :
Plus de saignement au niveau de la vaginectomie (enfin !)

6 septembre :
Rdv post op avec le chir. Tout est bien cicatrisé, et malgré les points résiduels je peux prendre des bains, aller à la piscine, etc…
La scroto est prévue dans 3 à 6 mois, j’attends le courrier avec la date.

Niveau résultat :
Je suis très satisfait par l’esthétique.
Aucun problème pour uriner. N’ayant pas encore la scroto c’est encore un peu sport de pisser debout sans avoir le pantalon aux chevilles, les grandes lèvres étant encore présente est donc le pénis n’étant pas encore entièrement dégagé. C’est tout de même possible en baissant juste la braguette, faut juste avoir le coup de main. Ca ira mieux après la scroto.
Niveau sexualité, aucun problème niveau sensation, au contraire, je ne sais pas si c’est parce que le gland est plus ressorti ou si c’est psychologique, mais en tout cas c’est plus sensible. L’excitation provoque chez moi une lubrification naturelle au niveau de l’urètre, et même parfois des "ejaculations" lors des rapports sexuels. L’urètre étant reconstruit avec de la muqueuse vaginale, et pré op étant très réactif à ca niveau là, cela ne m’étonne pas (bon bien sur c’est vraiment pas la même quantité maintenant hein). Le chir m’a dit qu’il n’en avait jamais entendu parlé mais que ma théorie devait être bonne. De mon côté j’ai déjà lu/entendu des témoignages similaires.

Niveau douleur post op: 
Juste quelques gênes, le doliprane n’était même pas nécessaire.

Niveau ressenti :
J’ai juste passé la première étape donc je suis encore un peu loin du résultat final mais je suis très heureux et satisfait que ça soit fait.
Même si ce n’est pas fini, je me sens presque complet.
Et enfin je peux dire, et surtout me dire, que je n’ai plus rien de féminin en moi.

Scrotoplastie

Suite des opérations (c'est le cas de le dire lol) : scrotoplastie sans les implants (uniquement remplissage avec de la graisse)

Fin septembre, coup de fil de la secrétaire de NMJ pour me proposer une date opératoire pour ma scrotoplastie : le 10 décembre. (Donc 4 mois après la première opération).
Date parfaite pour moi donc j'accepte :)

Elle m'informe que la consultation anesthésie se fera par téléphone le 28 novembre à 15h, histoire d'éviter le déplacement pour une consultation de 10 min. 
Lorsque je lui demande le temps d'hospitalisation elle répond 1 ou 2 jours. 

Le protocole pré opératoire est le même que pour la première opération : dépilation à la crème 48h avant l'intervention, et douche à la bétadine matin et soir pendant les 48h précédant l'opération. 

Le 28 novembre la consultation anesthésie se fait par téléphone. 

9 décembre, arrivée à l'hôpital, prise en charge d'entrée classique. 
L'anesthésiste passe me voir dans la chambre (idem qu'une consultation anesthésie), puis NMJ accompagné d'une interne, puis plus tard dans la soirée une interne seule. 

On m'informe que je passerai au bloc le lendemain vers 14h. Du coup à 6h petit déjeuner léger (thé et biscottes + confiture sans beurre). 

Vers 11h, douche bétadinée + prémédication. À partir de là je dors pas mal lol

Du coup je ne sais pas à quelle heure on m'a emmené au bloc, perfusion, etc... On me prévient de l'induction et hop trou noir.

Je me réveille en salle de soins post interventionnelle, aucune douleur, j'ai encore cru qu'on ne m'avait pas opéré jusqu'à ce qu'on me demande si j'avais des douleurs. 

Retour en chambre et repos.
NMJ passe me voir, me dit que tout s'est bien passé. 
Vers 20h je demande quand sera le premier lever, on m'a alors répondu "demain matin". Mais j'avais vraiment super envie de me brosser les dents, du coup j'attends le changement d'équipe pour retenter ma chance lol
Entre temps passage d'une interne qui vérifie la zone opérée. 

Changement d'équipe, petite collation et premier lever (et donc brossage de dents !). Pas de douleurs, c'est plutôt cool. 

Le lendemain matin, passage de l'interne qui regarde la zone opérée, retrait de la sonde urinaire, douche, passage de NMJ, soin de la zone opérée et bonne nouvelle : je peux rentrer chez moi !

Taxi, train, taxi, je suis à la maison. 

Le lendemain par contre je suis plus gêné pour marcher...
De plus NMJ m'a dit d'éviter de m'assoir... En gros : soit je marche soit je dois rester allongé/demi allongé. 

Niveau soin : douche au savon doux 2 fois par jour, rinçage au sérum physiologique et séchage après avoir pissé. 
Perso je fais mes douches du matin et du soir après avoir chié étant donné que des points de trouvent pas top loin de l'anus. Et 2 fois par jour application d'une crème antibiotique sur les points. 

Niveau douleur : aucune, juste des tiraillements en fin de journée. Par contre je ne peux pas marcher trop longtemps d'un coup sinon ça tire trop. Et j'en ai marre de la position allongée/semi allongée lol.
Les testicules sont gonflées et deviennent chaque jour un petit peu plus souples. 
La verge en elle même est bien bien gonflée, là ça commence à dégonfler très très doucement. 

Rdv post opératoire dans 3 mois, en attendant NMJ a insisté sur sa disponibilité par téléphone ou par mail. 

J'ai un arrêt de travail jusqu'au 21 décembre, mais je pense que je vais le faire prolonger par mon médecin traitant car honnêtement ça me paraît un peu juste.